Il était une fois un lac enchanté…

C’est l’histoire d’un site encore un peu confidentiel (quoique…), paumé au fin fond de l’Autriche et qui accueille chaque année au printemps un lac éphémère, lorsque fondent les glaciers alpins. Pendant quelques semaines, des résurgences sous-terraines alimentent alors ce qui, de juillet à avril, n’est qu’une flaque d’eau au milieu d’une clairière, pour en faire un site de plongée magique, le « Grüner See » (lac vert en allemand), réservé à ceux qui auront le courage de traîner leurs bloc et combi étanche jusqu’ici… car oui, l’endroit se mérite. 1500 km de route depuis Orléans… Sur place, il n’y a rien d’autre qu’un parking, et un restau avec un compresseur. L’hébergement le plus proche est à 25 km de là.

Mais la récompense a l’air d’être à la hauteur : la nature, presque à l’état pur. 6 à 12 mètres de profondeur à explorer dans une eau cristalline (certes, à 6°C…) qui enveloppe prairie fleurie, arbres, bancs, ponts, rochers et sentiers habituellement réservés aux randonneurs estivaux, non palmés. Au niveau faune et flore, on y croise quelques poissons mais aussi et surtout des pissenlits, des conifères et autres buissons. Je serais même tentée de croire qu’on peut y tomber nez à nez avec des marmottes amphibies, des elfes à écailles et autres créatures sorties tout droit d’un conte de fées sylvestro-aquatique.

Mais trêve de rêverie bucolique, revenons-en à la pratique. Pour réaliser cette balade subaquatique d’exception, il faut surveiller le niveau d’eau (affiché sur le site de l’office du tourisme local : http://www.tragoess-gruenersee.at) qui varie en fonction de la fonte des glaces, et qui peut monter et descendre très vite selon la météo. A l’heure où j’écris ces lignes, il y a à peine 2,50 mètres d’eau… Il faut 8 mètres pour que ça vaille le coup de faire le déplacement. C’est une sortie qui s’improvise donc un peu au dernier moment… Les bonnes années, et lorsque la météo est clémente, j’imagine qu’il vaut mieux éviter les weekends, pour ne pas voir son plaisir gâché par l’affluence des clubs de plongée du coin.

En tous cas, c’est aussi sûrement aussi l’occasion de belles randos dans les montagnes environnantes. Vivement que je termine ma formation étanche, moi… :-)

Ci-dessous, de quoi mettre l’eau à la bouche à tout plongeur ne craignant pas les basses températures… Les plus belles photos que j’aie vues du lac vert sont sans conteste celles de Marc Henauer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *